Père Camille Rio - Missions Etrangères de Paris

Le Père Camille

Quand ses camarades de promotion occupent le poste de second ou troisième vicaire dans leur paroisse parisienne, le père Camille se trouve bombardé, pour son premier poste, curé de Ponouaypou, Poblaki et autres lieux. Loin de s’en plaindre, il essaie tant bien que mal de gérer tout à la fois la direction d’une école et de deux pensionnats, l’apostolat dans les villages, les comptes, les ressources humaines, les constructions, quand les fièvres ne le clouent pas au lit. Lorsque quelques minutes se libèrent, il invente, dans son atelier de mécanique, les nouvelles machines qui révolutionneront l’industrie Karen.

Les sœurs

Trois sœurs karens participent à la gestion du pensionnat de Ponouaypou et à l’apostolat des villages. Bien qu’originaires de la région de Chiang Mai, elles sont des montagnardes familières du milieu karen et ne craignent pas de tâcher leur habit en bêchant le jardin du centre ou en poussant le 4X4 sur les pistes ! Les Modos M, Joy, et Chidi sont des auxiliaires indispensables à la mission.

Les éducateurs

Le centre de Ponouaypou bénéficie du renfort d’un couple. A lui la charge de l’encadrement des enfants (avec le secours d’un volontaire), l’entretien du jardin et la cuisine (lourde tâche : 40 repas, trois fois par jour). Eprepa et Epremo sont des anciens disciples du Père Quintard, ils sont la mémoire du centre et de la mission.

Les catéchistes

Nouvel arrivé, le père peut compter sur un système bien rodé et un staff expérimenté. Deux catéchistes viennent prêter main forte au missionnaire. Ensemble infirmiers, guides, interprètes, ils sont les indispensables compagnons de tournée du père. Mariés et pères tous deux de trois enfants, Boulapa et Samat se partagent les deux zones principales. Un troisième ne serait pas de trop !

Les volontaires

-en cours de rédaction-

Les partenaires

-en cours de rédaction-