Le secteur de Maetowo est frontalier. Sa population est mixte : des Karens dans les villages de montagne et des Thaïs beaucoup moins nombreux  dans la vallée. Les chrétiens sont exclusivement karens.

Frontalier avec la Birmanie sur sa tranche ouest, puisqu’il longe sur 60 km la rivière qui le sépare de ce voisin au destin si chaotique et douloureux ces dernières années. Frontalier au nord et à l’est avec la province et le diocèse de Chiang Mai. On y parle un karen un peu différent, qu’ils écrivent avec un alphabet; lui, totalement différent.

Les catholiques forment une minorité active : 4 villages sont entièrement chrétiens et dans 8 autres ils sont assez nombreux pour y accueillir une église. Enfin, on compte des chrétiens dispersés dans une multitude de villages. Maetowo est le centre du secteur, ce qui est paradoxal pour une petite ville située à l’extrémité sud et implique des distances à parcourir souvent importantes. En moyenne une heure de route est nécessaire pour rejoindre chaque communauté en saison sèche. En saison des pluies (juin- octobre) on ne compte plus !

Ainsi sa situation géographique a marqué l’histoire du secteur. Parlons par exemple de la guérilla karenne en Birmanie à une jetée de pierres et l’afflux de réfugiés qu’elle a engendré, ou encore un développement économique retardé propre à ces régions reculées qui ne sont pas dans la bonne préfecture ou trop loin de la leur !

Les communautés sont joyeuses et veulent vivre leur foi dans le respect de leur identité karen. On chante en karen, on prie en karen, on travaille en karen !

Le secteur de Maetowo en quelques chiffres :

  • 18 villages dont 5 entièrement catholiques
  • 15 chapelles
  • …. catholiques

Découvrez les 18 villages dont le Père Alain a la charge (en vert sur la carte) :

Maetowo, Oupouta, Maeweta, Maeoulaklo, Tadokwi, Meuteupou, Maeomki, Maepo, Maewe, Maeoulaklo, Maepleta, Mailouis, Maeboki, Koku, Maesapao, Teupopou, Teubluyo et Maetoki.