Cinq Karens à Bangkok

Bangkok – 8-10 mars 2018

Cinq jeunes Karens blotties les unes contre les autres dormaient dans un pick-up sur une route vallonnée. Parties avant l’aube, Chupo, Passarat, Wanwissa, Chanounou et Supapit s’en sont allées ce 8 mars pour quelques jours à Bangkok. C’est une première pour ces jeunes filles du centre de Maetowo : certaines ne s’étaient encore jamais rendues au-delà de leurs montagnes ! Le Brother David était le chauffeur, Charlotte et Louis accompagnaient et Modo Mali fut la présence rassurante pour ces jeunes filles parties loin de leurs repères.

Nous sommes arrivés peu après le déjeuner chez celle qui restera madame Cécile. Son hospitalité généreuse, son accueil chaleureux et sa compréhension bienveillante furent appréciées de chacun. Pour la première fois ces Karens dormirent sur de gros matelas, se lavèrent avec une douche et mangèrent sur une table haute rectangulaire.
Nous avons visité le palais royal, la cathédrale. Comme tout thaï occidentalisé elles ont mangé des burgers après une matinée shopping dans des mall (grand centre commerciaux) surdimensionnés. Nous avons fait du pédalo au parc Lumpini, marché et mangé des glaces dans un quartier branché de nuit. Nous avons testé le métro aérien, l’escalator, l’ascenseur, le bateau et même une grande roue ! Mais, ce qu’elles retiennent le plus de ces moments c’est sans doute les lits et la piscine de madame Cécile.

Alors, comparant ces lieux à leur environnement quotidien, la réponse est unanime ; «C’est bien ici mais nous ne nous voyons pas y habiter». Elles sont restées pendant deux jours les yeux écarquillés et le coup tendu, et deux nuits à rêver et faire le point sur ces instants passés dans cette cité trop grande, trop chère et trop peuplée pour elles.
C’est donc balancés entre l’émerveillement permanent et la satisfaction de rentrer que nous avons repris la route. Le pick-up s’en retournait à toute allure sur une route vallonnée lorsque Modo Mali se retourna pour avertir de l’arrivée, les cinq jeunes Karens, blotties les unes contre les autres, dormaient.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires